A la fois ancienne dans leur mode de construction, et pourtant modernes dans leur aspect, les maisons construites après 1975 posent des interrogations à leurs propriétaires : faut-il rénover complètement une maison des années 80 afin de la mettre aux normes thermiques actuelles, ou de simples travaux de rénovation s’avèrent-ils suffisants?

Ces maisons présentent des caractéristiques particulières et bénéficient d’avantages non négligeables qui en fait de bons candidats à une rénovation énergétique, voire au label BBC (Bâtiment Basse Consommation).

Sommaire :

 

Les spécificités des maisons des années 80

 

Les logements construits entre 1975 et 1990 représentent 21% des résidences principales dans le département de la Loire.

On les retrouve surtout en périphérie des centres-villes et ont été construits le plus souvent au coeur de lotissements dans une période de croissance et d’étalement urbain.

Isolées au centre de la parcelle ou bien accolées en bande, sans recherche d’orientation particulière, leurs formes relativement simples laissent de nombreuses possibilités en termes de rénovation thermique.

Construites selon les opportunités des terrains et des règles d’urbanisme, elles ont suivi l’évolution des différentes réglementations thermiques en vigueur à partir de 1974.

Les murs bénéficient parfois de doubles cloisons avec isolation par lame d’air ou isolant intercalé.

Les menuiseries sont en bois, aluminium ou PVC et les fenêtres bénéficient du simple ou double vitrage selon la construction.

Les combles sont quant à eux parfois isolés ou aménagés. Dans ce cas, une isolation sous les rampants de toiture est généralement présente.

Cependant, ne nous y trompons pas, même si les logements des années 80 ont peu à peu intégré des éléments d’isolation, ceux-ci restent limités du fait d’une énergie encore abordable pour les foyers à cette époque.

Ils nécessitent souvent des travaux comme changer la chaudière, les vitrages et, dans certains cas, des travaux d’isolation en vue de réduire les ponts thermiques.

 

Les maisons des années 80 présentent des déperditions de chaleur importantes

 

Du fait de leurs formes parfois complexes (en L, plusieurs niveaux de toiture) des ponts thermiques peuvent apparaître.

Les ponts thermiques sont en réalité synonyme d’une discontinuité ou d’une interruption de l’enveloppe isolante d’une maison. Ce sont donc des points faibles du logement pouvant occasionner d’importantes déperditions d’énergie. On les trouve donc dans les angles du bâtiment (angle extérieur, mur de refend, plancher, plafond, tour de menuiseries).

D’autres facteurs de déperdition de chaleur font aussi jour dans ce type d’habitat:

  • Logement pas toujours bien orienté
  • Une situation pavillonnaire avec très peu de murs mitoyens qui engendre des surfaces de déperditions importantes
  • L’isolation en place est souvent insuffisante et commence probablement à se dégrader
  • Un système de chauffage non performant

Une mauvaise ventilation

 

Les avantages des maisons des années 1975 à 2000

 

Ce type d’habitat présente cependant des avantages lorsqu’on abord une rénovation thermique.

En premier lieu, elles sont relativement faciles à isoler par l’extérieur du fait de leurs surfaces neutres et leur forme simples. L’espace habitable reste intact et les surfaces opaques sont totalement isolées.

Les combles perdus qui composent ces maisons sont assez faciles à isoler. Il suffit bien souvent d’ajouter un isolant en sur épaisseur.

Enfin, ces maisons profitant souvent des premiers systèmes de VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée), il est parfois possible de réutiliser les conduits déjà présents.

Nos conseillers Rénov’Actions42 sont disponibles pour vous accompagner gratuitement dans votre projet. Vous pouvez faire appel à eux pour vous guider dans les choix des travaux à réaliser, les types d’aides auxquelles vous avez droit et vous indiquer quels sont les professionnels qualifiés à même d’effectuer les travaux.

Share This